L'Orée des Conteurs
Bienvenue sur l'Orée des Conteurs, forum d'entraide dédié à l'écriture de récits SFFF.


Afin d'accéder à l'ensemble des ressources proposées par notre communauté, nous vous invitons à vous identifier si vous êtes déjà membre ou à vous enregistrer dans le cas contraire.

Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Mer 11 Oct 2017 - 13:48

Bonjour à tous,

passionnément embarqué plus que jamais dans mon dark roman qui me vampirise au plus haut point, je suis allé faire un petit tour sur les sites d'éditeurs pour voir ce qu'ils disent de leurs attentes... et là, douche froide, très froide: au moins 3 d'entre eux, et pas des moindres, annoncent ne pas vouloir recevoir de nouveaux manuscrits, leurs prévisions de publications étant pleines à craquer jusqu'à nouvel ordre: c'est ce qu'on trouve actuellement chez Bragelonne, Les Moutons électriques, L'Atalante.  *pale*
Etant donné que je fantasmais grave sur ces maisons, ça pique un peu.
Bien sûr il y a toutes les autres, Mnémos, Actu SF, Critic etc. qui semblent (?) toujours open; bien sûr, je peux me répéter que quand j'aurai terminé mon récit, l'embouteillage sera peut-être moins massif; bien sûr il existe des structures plus petites, et puis l'auto-édition... Mais ouille, quand même.
D'où deux questions: 1) ça ne vous inquiète pas un peu aussi, camarades romanciers visant l'édition "classique"? 2) avez-vous éventuellement des infos sur les maisons d'édition qui ont tendance à retenir des manuscrits de romanciers plus ou moins inconnus, au moins un par an? Parce que je commence à sérieusement me demander si ce n'est pas hyper saturé, ce secteur aussi...
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Soldier of fortune le Mer 11 Oct 2017 - 14:53

Ca fait des années que les éditeurs sont hyper-saturés par tout ce qui leur tombe dessus.
Pour les maisons que tu cites, elles ferment régulièrement pour résorber le trop-plein puis rouvrent quand le vide est fait.

_________________
Les mots, comme les armes, partent parfois tout seul.
avatar
Soldier of fortune
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 24
Messages : 388

Masculin Date d'inscription : 13/03/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Mer 11 Oct 2017 - 15:51

Me voilà rassuré *:O*
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Vivien le Mer 11 Oct 2017 - 16:43

Une question connexe (je n'ai jamais essayé de vendre un roman donc je n'ai pas la réponse) : quelle est la part des soumissions "libres" (en gros un mail à l'adresse que l'on trouve en cliquant sagement sur l'onglet "soumission" du site), par rapport à des approches plus indirectes (faire connaissance avec les éditeurs parce qu'on est introduit dans le milieu, on parcourt les salons...) ?

avatar
Vivien
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lecteur de l'Orée
Membre publié Conteur publié
Commentaires : 100
Messages : 669

Masculin Date d'inscription : 30/11/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Mer 11 Oct 2017 - 18:27

Oh, j'ai la réponse, Vivien: la part est mince. Elle existe - beaucoup d'éditeurs gardent le fantasme de trouver la pépite venue de nulle part - mais à échelle très réduite. Les "canaux de relations", comme on dit, sont évidemment importants, comme dans à peu près tous les secteurs de l'édition. Ce n'est pas du vulgaire piston, du reste, mais comme tu le dis joliment des approches plus indirectes. ça va être par exemple un manuscrit chaudement recommandé par un auteur maison digne de confiance, un auteur qu'apprécie (littérairement) l'éditeur parce qu'il l'a croisé à un jury littéraire, a lu une de ses nouvelles publiées etc. Mais évidemment, ça contribue à mon *:O*...
Tiens, un exemple tout bête: un certain Romain Lucazeau a vu son premier roman publié l'année dernière. 2 millions de signes (en 2 tomes, donc), un space opera tragico-philosophico-antique (et uchronique, cela va sans dire), hyper ambitieux (et qui apparemment est très très costaud). Publié chez Denoel, Lune d'encre. Des années de travail intense, on s'en doute, mais bien sûr l'auteur n'a pas surgi de nulle part: il avait déjà reçu plusieurs prix distinguant différentes nouvelles publiées. ça n'enlève rien à la qualité intrinsèque de son roman, mais c'est sûr qu'il avait déjà un pied dans le milieu et que ça aide à passer le premier tri (surtout pour proposer un premier roman gigantesque, ce qui est fortement déconseillé aux parfaits inconnus). Bref, oui, les places sont chères, et savoir qu'en plus le robinet est régulièrement fermé dans des "grandes" structures, c'est décidément anxiogène...
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par barla le Mer 11 Oct 2017 - 19:41

Bon, si ça peut te rassurer (enfin, peut-être pas en fait), vu les chances qu'on a d'être publiés dans ces maisons, là, ça ne changera pas grand chose pour nous que les envois de manuscrits soient fermés *roll*
Déjà que rien que pour avoir une réponse, même négative, il faut attendre, attendre, attendre... En gros, même si on attend des années, on ne reçoit rien; on a plus de chances d'avoir publié ailleurs ou d'avoir oublié à qui on avait envoyé le manuscrit que d''obtenir une réponse quelle qu'elle soit de Bragelonne *siffle*

Après, le fonctionnement dépend des ME. Toutes les petites ME (parce que oui, toutes les maisons SFFF sont petites au regard des grands éditeurs généralistes) ferment les soumissions souvent plus longtemps qu'elles ne les ouvrent.
Certaines ouvrent longtemps... et ferment longtemps (en mois voire en années). D'autres font par petites touches (ouvertes 15j, fermées 1mois; etc.), d'autres sont par défaut fermées et ouvrent une fois de temps en temps.

Évidemment, c'est décevant quand on en a une dans le collimateur, et qu'elle est fermée. Du coup, hésitation: attendre (en sachant que tout est déjà long, tellement long) ou envoyer ailleurs en se disant que si on est pris, on aurait peut-être été pris aussi dans notre ME de prédilection et qu'à s'impatienter on a peut-être raté quelque chose.
Dilemme.
avatar
barla
Maître conteur
Maître conteur

Membre d'honneur Membre d'honneur
Membre publié Conteuse publiée
Commentaires : 88
Messages : 1732

Féminin Date d'inscription : 22/02/2016

Date de naissance : 28/01/1979

https://lesmotsdag.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Mer 11 Oct 2017 - 20:46

Ah Barla, honnêtement, tu me rassures, en fait. C'est vrai que je raisonne encore trop à partir des Gallimard and co. Si la fermeture régulière des services de manuscrits est la règle depuis toujours chez tous les SFFF, ok, alors la période n'est pas pire qu'une autre. Pour ce qui est d'attendre, pas de problème, ma patience est sans limite *saint* . Du reste, si je pense en priorité aux "grandes" petites maisons SFFF, c'est juste pour leur possible force de frappe; je crains les tout petits éditeurs ultra confidentiels, où l'auteur doit se transformer en vrp s'il veut vendre plus de quatre exemplaires - ce qui n'est vraiment pas mon truc (sans parler des maisons qui ferment en cours de processus...). Mais je ne dédaignerai aucune maison de taille modeste qui fait correctement son boulot éditorial.
Cela dit, je me demande de plus en plus sérieusement si la publication de nouvelles dans des revues n'est pas un préalable plus ou moins obligé avant d'envisager la publication d'un roman dans de bonnes conditions. (du moins dans les sphères de l'imaginaire, en littérature générale ça ne joue pas, ou peu) (pour reprendre l'exemple de Lucazeau, j'ai vu qu'il avait publié des courts récits entre autres chez Solaris et chez... AOC).
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par barla le Mer 11 Oct 2017 - 21:43

Alors, sur le dernier point, je peux t'éclairer. Pour avoir eu des nouvelles sur différents supports... ça ne change strictement rien (enfin, pour moi, ça n'a rien changé).

Il y a des romanciers connus qui n'ont jamais écrit une nouvelles, et des nouvellistes de talent qui ne passent jamais au roman.
Perso, je trouve que l'utilité se situe uniquement au niveau pratique en tant qu'auteur: l'expérience de mener des écrits à terme avec contrainte, l'expérience du comité de lecture, pour de la réécriture/correction... et de la vente dans une certaine mesure.

Pour l'édition, malheureusement, il faut bien se dire qu'il est bien bien bien plus probable de se retrouver chez un éditeur «confidentiel» (mais certains sont très bien *;)* ). De toute façon, en SFFF, à part une ou deux ME, il faut prévoir de mouiller la chemise pour vendre (et je suis bien d'accord, si on écrit, ce n'est pas pour jouer les commerçants, ce n'est pas mon truc non plus. Mais bon, on s'y fait petit à petit, avec plus ou moins de bonheur).
Mais finalement, même dans une maison modeste, on peut s'y retrouver, pas financièrement, c'est sûr, mais dans l'échange au niveau du travail et ce que devient notre livre. Après, je ne te cache pas que j'aimerais aussi viser de plus grandes maisons... et que j'espère entrouvrir la petite porte de force avec une bibliographie fournie, mais je connais tellement d'auteurs qui ont publié un nombre impressionnant de livres et n'ont jamais pu atteindre autre chose que ces micro-ME... Du coup, c'est un rêve, ça n'empêche pas d'essayer (au contraire), mais je crois qu'il faut aussi garder la lucidité de prendre ce qu'on peut avoir et l'apprécier. Le savoir évite de trop souffrir de la déception.
avatar
barla
Maître conteur
Maître conteur

Membre d'honneur Membre d'honneur
Membre publié Conteuse publiée
Commentaires : 88
Messages : 1732

Féminin Date d'inscription : 22/02/2016

Date de naissance : 28/01/1979

https://lesmotsdag.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Mer 11 Oct 2017 - 22:57

Merci pour toutes ces précisions! Ce volontarisme lucide doublé d'un optimisme tempéré me va *:D*
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Asdel le Jeu 12 Oct 2017 - 12:35

Les comités de lecture dans les grandes maisons, c'est souvent des stagiaires qui "jouent" leur place d'éditeur junior sur leur travail, donc la pépite qui passe leur premier regard puis sous les yeux du comité de la maison, c'est 1% des livres à peu près, selon une camarade de promo qui bosse chez Gallimard.
Ramené au 60 000 livres parus chaque année en France, dont 40 000 nouveautés, on se trouve face à un marché qui est totalement saturé, suffit juste de regarder un peu la rentrée littéraire.
Pour la SFFF, les maisons que tu cites Marc ont l'avantage d'avoir trouvé leur public et ont une certaine renommée, mais pour une de ces maisons, combien sont ouvertes et ferment dans l'année ?

Après, si le tableau est pessimiste, il y a des moyens de faire publier son oeuvre. L'autoédition en est une, avec plein de nuances.
Quant à écrire des nouvelles, comme le dit Barla, c'est pas gage de reconnaissance. Jean-Philippe Jaworski raconte que Janua Vera est un recueil de nouvelles qui n'ont jamais été publiés dans des magazines, webzines et autres usines. Finalement il les a toutes regroupées et envoyées chez les Moutons Electriques. C'est marrant parce que cette maison n'a pas pour tradition de publier des nouvelles et, de mémoire, refuse les recueils dans son comité de lecture.
Après Jaworski était déjà connu dans le milieu fermé du jeu de rôle avant d'en arriver à publier ses romans. Comme quoi, tout est possible dans ce milieu, faut surtout rien lâcher, et se faire plaisir à écrire et faire lire :)
avatar
Asdel
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Commentaires : 20
Messages : 915

Masculin Date d'inscription : 22/02/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Vivien le Jeu 12 Oct 2017 - 12:57

@MarcS

"Latium" de Romain Lucazeau est sur la pile, au moins à long terme *;)*.

Sinon, l'idée de procéder par des moyens "indirects" ne me choque pas, c'est bien pour ça que je n'ai pas parlé de piston. C'est à la fois effectivement une source de *:O* et une piste pour s'en sortir: se faire un réseau (et pourquoi pas en publiant des nouvelles, même si je pense que Barla a raison sur les limites du trucs, au moins en soi), et en avant.

Enfin, et au moins pour parler de Jaworski ou Lucazeau : j'ose encore dire que je crois au talent. Si tu as vraiment quelque chose de nouveau à apporter à la conversation, une voix à la hauteur, et de la persévérance, je crois que c'est possible de se faire entendre (moyennant les invariables injustices et aléas). Voilà, appelez-moi naïf *;)*.

Le corollaire étant que si tu es un peu juste sur l'un des trois, ça se joue au dé. Et je suis près à accepter de rester à un niveau confidentiel si c'est mon cas. C'est la loi de la jungle et il y a d'autres formes de rétribution pour l'auteur modeste.
avatar
Vivien
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lecteur de l'Orée
Membre publié Conteur publié
Commentaires : 100
Messages : 669

Masculin Date d'inscription : 30/11/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par barla le Jeu 12 Oct 2017 - 13:10

Vivien a écrit:Voilà, appelez-moi naïf .
Naïf *lol*
(on veux tous y croire... ça parait tellement injuste autrement)

il y a d'autres formes de rétribution pour l'auteur modeste
voui, genre avoir un boulot alimentaire à côté. Parce qu'en restant dans l'écriture... hum...
avatar
barla
Maître conteur
Maître conteur

Membre d'honneur Membre d'honneur
Membre publié Conteuse publiée
Commentaires : 88
Messages : 1732

Féminin Date d'inscription : 22/02/2016

Date de naissance : 28/01/1979

https://lesmotsdag.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Vivien le Jeu 12 Oct 2017 - 13:17

Barla a écrit:voui, genre avoir un boulot alimentaire à côté. Parce qu'en restant dans l'écriture... hum...

Je voulais parler de rétributions spirituelles, vile matérialiste. Pour les rétributions moins spirituelles, je ne suis pas non plus naïf à ce point là, faut pas déconner *lol*. Même Jaworski il ne doit pas manger sur ses droits d'auteurs, ou alors des pâtes sans beurre et pas tous les jours ?
avatar
Vivien
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lecteur de l'Orée
Membre publié Conteur publié
Commentaires : 100
Messages : 669

Masculin Date d'inscription : 30/11/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Jeu 12 Oct 2017 - 13:55

Pour le coup, 1% de pépites inconnues parmi les livres publiés, ça me paraît un poil optimiste *:D* , je dirai plutôt 0,25%... (quand on creuse certains cas montés en épingle par les médias, on s'aperçoit qu'il y a des parfaits inconnus qui se révèlent pas si inconnus que ça des éditeurs).
L'autoédition, ça sera sans moi, pour différentes raisons. Les réseaux, sans moi aussi, parce que j'ai un côté autiste qui ne changera pas.
Et sans problème, je rejoins le camp de la Naïveté viviennesque, qui me paraît de bon sens: dans un milieu atrocement saturé, pour avoir une micro-chance d'être remarqué en n'étant personne, bien sûr que le talent et la singularité sont indispensables - et peuvent payer (pas financièrement, hein, là-dessus je crois qu'on est tous d'accord).
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Juge Blond le Sam 14 Oct 2017 - 18:39

1) ça ne vous inquiète pas un peu aussi, camarades romanciers visant l'édition "classique"?

Oui et non.
Non, car je tourne tellement au ralenti et les nouvelles idées qui me viennent pour mon cycle engendrent tellement de temps nécessaire pour le parfaire que se poser cette question revient, dans mon cas, à procrastiner un peu plus une écriture déjà languissante ;-). J’évite donc de trop y penser (en même temps, c’est un peu la même chose que de s’impliquer dans un forum d’écriture… C’est toujours ça de moins pour l’écriture « véritable »… Toutes proportions gardées et sans évoquer les bénéfices d’une telle entreprise, cela va sans dire…).
Oui, parce que cette rationalité (en termes d’optimisation du temps alloué à l’écriture) s’efface devant la passion. Et je me prends donc à rêver de publication dans les grandes maisons d’édition, quelles qu’elles soient… J’ai donc déjà flâné sur les sites de ces dernières et me suis aussi trouver confronté à ce genre d’avertissements un rien péremptoires.

Mais, malgré ces annonces tristounes, les publications pleuvent. Il y a certes des traductions (avec des œuvres qui ont déjà passé pas mal d’étapes : sélection, correction, vente…), mais aussi quelques trucs qui ont bien du arriver dans la boite mail des éditeurs, soit par connaissances, soit par… le culot. Et on en vient à la seconde question.


2) avez-vous éventuellement des infos sur les maisons d'édition qui ont tendance à retenir des manuscrits de romanciers plus ou moins inconnus, au moins un par an? Parce que je commence à sérieusement me demander si ce n'est pas hyper saturé, ce secteur aussi...

Je n’ai pas d’infos. Je laisse donc ceux qui en ont les partager.

Ce que j’en pense :
1. ça me parait compliqué de faire passer un roman/cycle en étant un parfait inconnu.

2. ça me parait compliqué de faire passer un roman/cycle dans une grande maison d’édition avec un C.V. de publications dans des A.T. ou un roman dans une « petite » maison d’édition. Je ne sais pas pourquoi exactement je pense comme ça, mais être un bon novelliste ne veut pas dire être un bon romancier et les recueils de nouvelles sont souvent inégaux dans leur qualité. Certes, c’est déjà mieux que rien, mais ça ne peut marcher que si la personne en charge de lire notre prose a déjà lu une des nouvelles du CV en question (ou connaisse le « petit » éditeur dans le cas d’un roman). Sinon, pas sûr qu’elle prenne le temps d’aller regarder ça de plus près.

3. ça me parait plus simple de faire passer un roman/cycle avec un/des prix concernant des nouvelles ou des romans. Mais des prix un peu connus, cela va de soi. Sinon, retour au point 2.

4. ça me parait plus simple de faire passer un roman/cycle si on a un pied dans le milieu. C’est toujours plus simple de dire « lis la première page et la Xème, voici un résumé. Dis-moi ce que tu en penses quand tu passes prendre l’apéro samedi soir à la maison » plutôt qu’un email qui essaye tant bien que mal de donner envie à un inconnu de passer 15 minutes à faire tout ça, alors que 200 personnes lui demandent la même chose. La lecture des emails en question étant déjà chronophage en soi :) Une bonne dose de culot peut aussi aider (par exemple, de mémoire, si l’on en croit les dires de Antoine Rouaud (mais bon, avant sa publication, il me semble qu’il n’était pas complètement étranger au monde artistique)).

L’idée des fora d’écriture d’être en relation avec des éditeurs relève, bien entendu, de cette idée de réseau.
Après, ce n’est pas parce que l’on connait que ça passe. Mais si c’est bon et que l’éditeur y voit une bonne opportunité économique, pourquoi s’en priver ? C’est un peu comme les stagiaires. S’il est recommandé, à CV équivalent, c’est toujours plus simple et moins risqué qu’un parfait inconnu (succès pas garanti, mais risque relativement minimisé).

Sur l’aspect saturé, j’aimerais bien avoir quelques chiffres pour me faire une idée. C’est toujours un peu compliqué d’y retrouver ses petits. On ne sait pas vraiment qui vend quoi, combien, combien ça rapporte etc.

Si l’objectif est d’être publié par un éditeur, je pense que, à partir du moment où les bases sont bonnes (comme dans ton cas), avec un peu de persévérance, il n’y a pas de raison pour que ça ne marche pas.

Si l’objectif est d’être publié par une grande maison, à mon avis, il faut passer par la case réseau.

Si l’objectif est d’être publié par une grande maison et de vivre de sa plume, et bien dans ce cas, il faut que, outre beaucoup plus de boulots et de risques de la part de tous, la chance s’en mêle (même si un bon département marketing peut faire des miracles ;-)).
Je verrai tout ça d’ici 10 ans (je suis optimiste)… quand la fantasy sera passé de mode… (d’ailleurs, l’est-elle actuellement (à pars GRR Martin et qques autres… quid des ventes des auteurs français ? Vivent-ils comme correctement de leur plume (qu’est-ce que correctement ?) ? Quelles sont les tendances sur le marché du livre SFFF ?...)…

Ce qui est à peu près sûr, c’est que, dans mon cas et une fois mon roman terminé, ce sera une grande maison d’édition ou rien (et, dans ce cas, de l’autopublication sur internet). N’y voyez aucune prétention, je pense juste que l’entre-deux n’est pas pour moi (ce qui, ne sous-tend d’ailleurs aucunement que même un petit éditeur voudrait de mon cycle de X milliers de pages, probablement invendable dans une structure de ce type – mais ça, c’est un a priori… Je n’en sais rien, en fait…).

Bref, plus de questions que de réponses, finalement ^^


Juge Blond
Conteur
Conteur

Commentaires : 11
Messages : 108

Masculin Date d'inscription : 24/12/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Marc S. le Dim 15 Oct 2017 - 14:40

Ah oui, d'accord avec toi, Juge Blond, les questions sont terriblement plus vivaces que les réponses dans cet univers opaque.
Pour être publié, même avec une "base" honnête et de la persévérance, je pense qu'il faut aussi un minimum de chance (le "kairos" grec, le moment opportun: écrire quelque chose de bien ET qui correspond à une attente du moment, attente qui n'est pas forcément identifiable, elle se comprend souvent a posteriori) - et comme c'est un principe de concours et non pas d'examen, même en ayant écrit un très bon roman, s'il y a, mettons, 3 places pour des inconnus sur l'année toutes éditions orientées fantasy confondues et qu'il y a cinq autres excellents romans proposés parmi les milliers envoyés chaque année, bon bah ça sera pour une autre fois, hein. Le mérite ne fait pas tout, le mérite des autres est là aussi.
Pour ce qui est d'aller glaner de l'info sur les sites d'éditeurs/blogs etc. + lire un max de nouveautés francophones, je pense deux choses, un peu comme toi:
1) c'est très utile (et sans doute trop négligé) pour les auteurs aspirant à la publication, non pour trouver des recettes miracle (qui n'existent pas) mais pour au moins saisir ce qu'il vaut mieux éviter (parce que déjà trop vu et/ou perçu comme suicidaire pour l'éditeur). Par exemple, il me semble de plus en plus clair qu'un one shot a plus de chance d'aboutir qu'une ouverture de long cycle (Actu SF, collection "bad wolf", est explicite là-dessus). Les gros cycles étant plus indiqués pour les auteurs déjà en place ou alors pour l'auto-édition, où par définition on est maître à bord.
2) C'est bien aussi de ne pas ressasser tout ça, parce que tous ces paramètres qui nous échappent plus ou moins, ça peut user inutilement, et comme tu le dis, c'est chronophage. Perso, je me fais de temps en temps un trip enquête-édition, pendant quelques jours, et ensuite hop le manuscrit rien que le manuscrit, avec le plaisir de l'écriture et l'édition perçue comme horizon lointain, consécration-bonus. Mais je pense que les deux phases et états d'esprit qu'elles impliquent, aussi contradictoires soient-elles, sont également nécessaires pour accroître nos chances de voir nos personnages répandus un jour dans le vaste (?) monde des lecteurs.
Pour la problématique "vivre de sa plume", alors là j'avoue ne pas me sentir concerné du tout, car, outre le fait que c'est pratiquement impossible même pour ceux qui vendent "bien" (c'est à dire plusieurs milliers d'exemplaires =  de toute façon pas grand chose, financièrement parlant) (ou alors vivoter en écrivant par ailleurs des articles à droite à gauche, en écumant les écoles  etc.), ça ne me fait pas rêver plus que ça. Je suis très content de mon métier (ça arrive), et en m'organisant bien, je peux libérer du temps pour écrire - évidemment pas autant que je voudrais, l'écriture d'un roman de 300 pages s'étire sur plusieurs années, mais bon, ça se fait. Evidemment, comme beaucoup, j'ai le fantasme de l'année sabbatique, une année entière où je ne ferais que ça, écrire, ça serait coolissime - et ça ne se fera pas. Tant pis!
Pour la taille de la maison d'éditions, tu parles de grandes maisons, mais comme le dit Barla, dans l'univers de la SFFF, les grandes sont plutôt de petites structures sur le plan économique, les éditions "entre-deux" ne seraient pas si différentes, je pense.
Dans tous les cas: haut les coeurs, créons nos mondes sans complexes, et on verra bien si le monde réel en veut un jour *rebond*
avatar
Marc S.
Conteur
Conteur

Commentaires : 22
Messages : 183

Masculin Date d'inscription : 15/07/2017


http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Foenidis le Dim 15 Oct 2017 - 18:41

Yep... je confirme que J.P Jaworski m'a dit que personne n'avait voulu de ses nouvelles avant d'être publié aux Moutons Électriques.

Stratégie ou pas, connaissance du milieu ou non,je pense qu'outre un certain niveau de qualité au niveau de ce qu'on propose, le facteur "chance" joue énormément. On ne saura jamais combien d'excellent manuscrit n'ont pas trouvé preneur, et on voit tous que la qualité de certains best-sellers laisse à désirer. Le seule philosophie qui tienne, selon moi, c'est travailler, travailler, travailler pour ne rien regretter si on décroche le bon contrat... et ne pas se décourager, ne pas se décourager, ne pas se décourager, surtout ne pas lâcher pour y parvenir. Aucun auteur, parfois très connu, avec qui j'ai pu échanger n'a réussi sans essuyer des tonnes de refus auparavant.

Rêveusement,
Foenidis

_________________
Sept fois à terre, huit fois debout !
avatar
Foenidis
Meneur de l'Orée
Meneur de l'Orée

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lectrice de l'Orée
Membre publié Conteuse publiée
Commentaires : 123
Messages : 2063

Féminin Date d'inscription : 07/02/2016

Localisation : Massif du Jura

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Juge Blond le Dim 15 Oct 2017 - 21:46

Je suis bien entendu d’accord avec vous deux : la chance a son mot à dire. Un peu partout, un peu tout le temps. Mais plus on la force, plus elle risque d’être au rendez-vous. Surtout que l’aspect déterministe de ce genre de projet est quand même important. Certes, on a probablement tous pester sur la qualité moyenne de certaines œuvres publiées, mais bon, il a quand fallu l’écrire à un moment donné, le bouquin (même quand l’auteur n’est pas « l’auteur » ;-)). d'où le "travailler, travailler, travailler"  *:)*

Et oui, je suis aussi d’accord sur l’attente n’est pas forcément identifiable… Ah défaut de kairos, ça me rappelle Steeve Jobs avec son ipad… Idem pour l’aspect concours, avec le pipage des dés que l’on a évoqué ^^

Je suis, bien entendu, complètement d’accord, Marc, avec ton point numéro 1. Surtout sur l'exemple cycle-One shot. Malheureusement, dans mon cas, malgré pléthore d’idées et de projets avec des synopsis de plusieurs pages (assez convaincants de mon point de vue pour ne pas être rangés dans le dossier Archives…), je reste attaché à mon cycle principal, qui avance, trotti trottant chemin faisant… Très très probable qu’il ne soit jamais fini et encore plus certains qu’il ne trouve jamais preneur. Mais, si ma progéniture le lit un jour et se dit un truc du genre « whouaaa ». Et bien, ça m’ira déjà bien :-)

Après, l’auto-édition, pour le moment, c’est une "solution de secours" si je ressens le besoin, pour ma prose, d’être lue et si je pense que quelques personnes pourraient y trouver leur compte. On verra ça le moment venu ;-)

Mais tout cela revient, selon moi, à LA grande question. Si ce n’est se faire plaisir, pourquoi écrit-on ? La réponse est sûrement multiple, chacun pondérant au gré de ses humeurs, de son vécu ou simplement du moment, la reconnaissance, la gloire, la fortune… Je suis d’ailleurs un peu pareil que toi (point 2).



Pour la problématique "vivre de sa plume", comme toi, je ne suis pas vraiment concerné (encore que c’est un peu ce que je fais comme boulot… mais chuuuut c’est un secret…) : je m’éclate dans ce que je fais, j’y passe du temps sans en avoir l’impression, etc. Il est donc vrai que cela (l’aspect financier… s’il y en a un) n’a jamais constitué une motivation supplémentaire. Heureusement et, peut-être, malheureusement…  

Enfin, sur la taille des maisons d’éditions, oui, tu as raison. Quand je dis « grandes », je parle des trois que tu évoquais dans ton premier post Peut-être même juste de Bragelonne. D’ailleurs, Nevan lui-même disait il y a quelques années durant une conf à laquelle j’assistais que quand "J’ai lu" ou je ne sais plus qui disait « Bragelonne, c’est gros », ça le faisait marrer… et de comparer les chiffres d’affaires et cie…
Mais je pensais aussi aux généralistes qui publient aussi de la fantasy (mais peut-être que de la traduction. Je n’ai jamais poussé plus loin la réflexion…), telles que "J"ai lu" et autres...

Marc a écrit:Dans tous les cas: haut les coeurs, créons nos mondes sans complexes, et on verra bien si le monde réel en veut un jour
 *bravo*  *bravo*  *bravo*

Juge Blond
Conteur
Conteur

Commentaires : 11
Messages : 108

Masculin Date d'inscription : 24/12/2016


Revenir en haut Aller en bas

Re: Maisons qui n'acceptent plus de manuscrits...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum