L'Orée des Conteurs
Bienvenue sur l'Orée des Conteurs, forum d'entraide dédié à l'écriture de récits SFFF.


Afin d'accéder à l'ensemble des ressources proposées par notre communauté, nous vous invitons à vous identifier si vous êtes déjà membre ou à vous enregistrer dans le cas contraire.

Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Foenidis le Ven 3 Nov 2017 - 17:54

Conseils tirés d'un article du "Point Pop" paru à l'occasion du premier mois dédié aux littératures de l'Imaginaire. Lien vers la page concernée z'ici

Tout conseil est bon à prendre, vous gagnerez à lire ceux de ces vingt directeurs d'édition quel que soit votre objectif. ;)

   Jérôme Vincent des éditions Actu SF :

« Il est important de bien connaître notre ligne qui privilégie les one-shot courts et rythmés que ce soit en SF ou en fantasy. J'aime quand c'est nerveux, sans temps mort et que ça parle du monde. Je suis entre le divertissement et la qualité. Avoir une belle écriture est un plus, mais pas une obligation. Idéalement, j'adore ressentir ce vertige ou je me dis wouah je veux le faire. Pour passer le cap des soumissions, ayez un bon synopsis, car nous recevons énormément de propositions. Oubliez la trilogie à 8 millions de signes. »

   Mireille Rivalland des éditions de l'Atalante :

« Des idées, un style, un talent de conteur. Dans l'ordre ou le désordre. Bref, tout ce qui fait la grandeur de la littérature populaire. Nous ne publions qu'une petite trentaine de nouveautés par an, grandement accaparées par des suites ou des nouveaux projets d'auteurs déjà au catalogue. Les places sont rares et chères. Nous ne cherchons pas à remplir des collections ni à surfer sur une quelconque tendance, nous voulons être étonnés, passionnés, bluffés ! »

   Marion Mazauric des éditions Au Diable Vauvert :

« J'attends un livre que je n'ai pas encore lu. J'ai envie d'être surprise et je veux publier des textes qui me transportent et que je voudrais avoir écrits moi même. Ce qui me transporte ce sont des textes qui interrogent l'humanité. Ils peuvent être dans la prospective, évoquer les mythologies, être dans le mystère de l'humain ou, au contraire, dans l'interrogation du présent, dans de la compréhension et nous permettre de penser par nous-même. »

   David Meulemans des éditions Aux Forges de Vulcain :

« Les textes que nous cherchons ont toujours trois caractéristiques : sens du récit, goût pour la langue et souci de dire quelque chose sur le monde. Si vous voulez dire quelque chose de vrai, et que vous croyez que seule l'imagination permet de voir le monde comme il devrait être, et que c'est la mission de la littérature de changer le monde, alors, rejoignez-nous ! »

   Olivier Girard des éditions du Bélial :

« Il faut faire preuve d'audace, de conviction et d'exigence avec une appétence pour la science-fiction, notre principal cœur de cible. Nous sommes ouverts aux jeunes auteurs même si très peu ont été publiés en envoyant leur projet par la poste. »

   Stéphane Marsan des éditions Bragelonne :

« Je suis toujours ravi qu'on vienne me pitcher un livre sur un festival, car, pour moi, ça compte beaucoup d'arriver à parler très brièvement d'un projet. Je recherche principalement de la fantasy et j'attends plus une bonne histoire qu'un univers. Souvent on me dit : C'est un univers où..., alors que moi je veux une histoire avec des enjeux, des personnages. Je ne recherche pas quelque chose d'original stylistiquement parlant, mais j'ai besoin que ce soit bien raconté. Je cherche quelqu'un de clair et qui sait ce qu'il raconte. Pour moi, c'est l'histoire qui emmène le lecteur dans l'univers et pas l'inverse. »

   Cécile Guillot des éditions du Chat noir :

« Nous recherchons des textes modernes et sombres, héritage de Poe ou des classiques gothiques, même si notre ligne éditoriale s'est développée depuis nos débuts pour toucher différents lectorats. Les œuvres retenues doivent posséder un équilibre entre divertissement, évasion et réflexion, avec un propos original, non stéréotypé, et des qualités évidentes sur le fond et la forme. Nous avons des thèmes de prédilection comme la sorcellerie, les religions païennes ou encore le féminisme, mais, bien entendu, nous aimons aussi être surpris et surprendre. »

   Éric Marcellin des éditions Critic :

« On consulte avant tout notre modus operandi sur Internet, on demande les 50 premières pages un synopsis détaillé et une petite présentation de la personne. Si nous sommes convaincus par le début de ce que nous lisons, nous réclamons la suite du manuscrit et nous tentons de donner une réponse dans les six mois. On aime bien les choses qui sont très rythmées à l'image de notre époque comme les séries TV avec des rebondissements et des cliffhangers. Nous sommes ouverts à beaucoup de genre comme la science-fiction, le fantastique, la fantaisie et le polar. »

   Pascal Godbillon des éditions Denoël, collection « Lunes d'encre »/Folio SF :

« Pour Folio SF, ce n'est pas la peine d'envoyer des manuscrits, je fais très rarement des inédits. En ce qui concerne Denoël, il faut suivre la procédure en ligne. Si l'on me propose une série, j'y réfléchirais à deux fois, car c'est une prise de risque à part, bien sûr, si c'est un chef d'œuvre. Je privilégie les titres qui se suffisent à eux-mêmes. Un synopsis bien fait est important ainsi qu'une qualité d'écriture. Je ne demande pas du Proust ou du Flaubert, mais on doit ressentir une langue. Enfin, je conseillerais d'aller en librairie spécialisée pour que l'auteur voie dans quel genre il se situe précisément pour envoyer son texte à la bonne personne. »

   Thibaud Eliroff des éditions J'ai lu :

« La première chose que je regarde, c'est l'écriture : l'auteur ou aspirant auteur a-t-il une voix qui lui est propre et qui me touche ? C'est une condition sine qua non. S'il n'y a aucun style ou que celui-ci n'entre pas en résonance avec ma sensibilité, ça ne peut pas marcher. En second lieu, l'auteur a-t-il quelque chose d'original à dire ? La science-fiction permet l'exploration d'une infinité d'idées nouvelles, aussi écrire la énième aventure spatiale ou dystopie post-apocalyptique sans y apporter de l'inédit me semble assez vain. Enfin, les personnages sont-ils crédibles ? Si, en quelques paragraphes, l'auteur ne parvient pas à me faire croire à la réalité de son ou de ses personnages, à me les faire aimer ou détester, c'est problématique. »

   Dimitri Pawlowski des éditions L'Homme sans nom :

« Nous sommes dans une volonté de découvrir de jeunes auteurs ou de nouveaux talents qui veulent s'engager sur la durée. Il n'y a pas de règle absolue pour débuter, cela dépend des rencontres qu'on peut faire dans des festivals, des recommandations de nos auteurs et de la pertinence du projet en lui-même. Il nous faut un potentiel éditorial et commercial, car nous restons des entreprises malgré tout. J'ai un goût pour les manuscrits avec une écriture solide, dense, travaillée et poétique. On ne demande pas la perfection, mais une qualité déjà présente pour que nous puissions accompagner les auteurs. »

   Audrey Peti du Livre de poche :

« Pour nous, c'est un peu particulier, car nous relayons principalement en poche du grand format. Nous publions depuis quelques années exclusivement des inédits anglo-saxons, cependant, même si ce n'est jamais arrivé, je suis ouverte à publier au compte-gouttes de jeunes auteurs français et leur premier roman. La sélection serait drastique, il faudrait que le texte soit abouti et que je ressente un sentiment de découverte. »

   Christophe Thill et Thomas Bauduret des éditions Malpertuis :

« Malpertuis est spécialisé dans le fantastique, et s'intéresse particulièrement aux auteurs qui savent susciter ce frisson de décalage avec la réalité, et tisser une atmosphère prenante, que ce soit pour horrifier leur lecteur ou pour l'émerveiller. L'originalité des idées, la qualité de la narration, la construction de l'histoire, le soin apporté au style sont, bien entendu, pris également en compte. Voilà tout ce qui nous n'intéresse ; aucun besoin d'être bien vu de qui que ce soit, ni bien introduit où que ce soit. »

   Frédéric Weil des éditions Mnémos :

« Tout d'abord, surprenez-nous ! Ne cherchez pas à copier vos prédécesseurs ! Les lecteurs sont comme nous, ils n'aiment pas relire la même histoire, le même monde, les mêmes personnages. Forgez votre style ! Affirmez votre langage. Faites-en aussi un monde, travaillez vos mots créés, infusez votre imaginaire dans votre écriture, elle sera votre premier passeur, aussi bien en termes d'émotions, d'idées que de trame narrative. Inventez une véritable histoire et, surtout, faites-nous vibrer par les thématiques présentes ou sous-jacentes, les destins et les personnalités de vos personnages. Armez-vous de patience pour la rédaction de votre texte. Écrire un roman c'est long, très long, fastidieux et répétitif. Écrire, c'est surtout corriger, relire et réécrire. »

   André-François Ruaud des éditions des Moutons électriques :

« Ici, nous aimons que nos auteurs aient de belles plumes de conteurs et sortent des chemins battus. Ce que nous voulons, c'est des auteurs qui veulent raconter une histoire forte, neuve, jouant pleinement le jeu de l'imaginaire, mais pas n'importe comment : avec un vrai style, une attention à la langue. Pour nous l'imaginaire c'est avant tout une littérature, nous aimons les textes charnus, riches, c'est cette gourmandise des mots et des histoires qui nous passionne. »

   Davy Athuil des éditions Mü :

« C'est plus des états d'esprit que nous recherchons. Le choix se fait quand j'appelle l'auteur après avoir lu son manuscrit. Je passe toujours une heure ou deux au téléphone pour sentir s'il y a un univers ou une étincelle qui va me faire signer. C'est une rencontre humaine, je dois avoir un lien avec la personne qui va écrire chez nous avant tout. J'ai, par contre, peu d'appétence pour la fantasy et je recherche de la SF dans toute ses formes ainsi que du fantastique. »

   Stéphane Desa des éditions Outre Fleuve/Pocket :

« Soignez la lettre de présentation qui accompagne le texte. Cela doit être court et efficace, vous devez nous donner envie de prêter à votre manuscrit une attention particulière. Soignez également votre premier chapitre pour nous placer tout de suite dans l'action. Souvent les jeunes auteurs exposent leurs mondes dans des pages et des pages de descriptions et le livre peut rapidement nous tomber des mains. On doit ressentir la volonté d'aller plus loin dans la lecture dès le début. Les longues séries ne sont plus à la mode, pensez à produire des textes courts, nerveux et efficaces et commencez petit avec un one shot. »

   Florence Lottin des éditions Pygmalion :

« Pour me convaincre, il faut m'envoyer une lettre de présentation avec quelques chapitres pour que je puisse voir la plume avec, bien sûr, une originalité et des références qui me parlent. C'est important de trouver le parfait dosage avec une présentation générale concise et la taille du manuscrit idéale qui ne doit pas faire deux volumes. Les réseaux sociaux sont un bon moyen pour me contacter et je suis également sensible aux recommandations de mes auteurs ainsi que des autres éditeurs. »

   Jean-Paul Arif des éditions Scrineo :

« Nous éditons environ 25 titres par an, dont souvent un ou deux nous sont arrivés par la Poste de la part d'un(e) jeune auteur(e). Nous ne publions que des auteurs francophones et nous tenons à notre mission de découvreur de talents, à côté du développement de nos auteurs confirmés. Nous recherchons en particulier des romans fantastiques dans l'univers d'aujourd'hui. Pour être examiné, un manuscrit doit nous arriver en version papier, accompagné d'un synopsis de deux pages au maximum et d'une brève présentation. »

   Mathias Echenay des éditions La Volte :

« Il faut que ça rentre dans mes goûts très spéciaux. C'est un choc de lecture avec un texte de science-fiction qui ne correspond aux lignes éditoriales des autres. À La Volte, on adore ce qui est hybride, marginal et inclassable. J'ai envie d'avoir de nouvelles voix et nos anthologies de nouvelles sont très pratiques pour ça. Mais nous ne sommes pas en recherche active, car nous limitons nos parutions. Pour être honnêtes, nous avons du mal à traiter tous les manuscrits que nous recevons et nous n'avons encore jamais publié de projet sans connaître au préalable l'auteur. »

Rappel des 5 règles d'or pour être publié :

1 - Bien connaître la ligne éditoriale de la maison d'édition à laquelle vous adressez votre manuscrit.

2 - Ayez, avant tout, une bonne histoire avec des personnages crédibles, des enjeux, un propos qui dit quelque chose sur notre monde.

3 - Soignez votre écriture ! Privilégiez un style clair.

4 - Surprenez, ne cherchez pas à copier vos prédécesseurs.

5 - Soignez le synopsis que vous enverrez avec votre manuscrit. Vous devez donner envie aux éditeurs de lire votre roman.

_________________
Sept fois à terre, huit fois debout !
avatar
Foenidis
Meneur de l'Orée
Meneur de l'Orée

Commentaires : 176
Messages : 2967

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lectrice de l'Orée
Membre publié Conteuse publiée
Féminin Date d'inscription : 07/02/2016
Localisation : Massif du Jura

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Sarah Kerrigan le Ven 3 Nov 2017 - 22:38

Merci Foe pour le partage  *:)* En effet, écrire un roman c'est long. Très long.  *:p*

_________________
Le Mézolys  Facebook
avatar
Sarah Kerrigan
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 168
Messages : 446

Féminin Date d'inscription : 12/03/2016
Date de naissance : 19/04/1986
Localisation : Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par barla le Sam 4 Nov 2017 - 20:02

Merci pour le partage.
Je l'avais vu passer sur facebook. Je trouve que, finalement, ça reste très vague. Mis à part le «il faut que ce soit à notre goût» (on s'en doute, en même temps *roll* ). Le reste n'est que du bon sens. Il faut écrire un truc intéressant avec un bon style et original. Bref, ce qu'on essaie tous déjà de faire. (ce serait amusant que des éditeurs disent préférer les intrigues vues et revues, pleines d'incohérences et écrites avec les pieds. Et puis, parfois, on ouvre un livre qui marche, qui est mis en avant, chez un bon éditeur,... et on découvre que s'ils ne le disent pas, ils le font quand même, et pas qu'un peu *siffle*).

Après, la façon de dire fait qu'on va avoir envie d'envoyer à certains et beaucoup moins à d'autres.
Mention spéciale pour le
cependant, même si ce n'est jamais arrivé, je suis ouverte à publier au compte-gouttes de jeunes auteurs français
qui en est presque comique.
avatar
barla
Chevalier de la plume
Chevalier de la plume

Commentaires : 204
Messages : 2619

Membre d'honneur Membre d'honneur
Membre publié Conteuse publiée
Féminin Date d'inscription : 22/02/2016
Date de naissance : 28/01/1979

https://lesmotsdag.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Marc S. le Sam 4 Nov 2017 - 20:50

Merci Foenidis!
Moi je le trouve intéressant, ce rappel des fondamentaux. Surtout ce qui est dit sur le one shot opposé aux sagas, conseil qui revient de plus en plus souvent, et l'"histoire" jugée plus importante que l'"univers". Ces deux points prennent quand même le contre-pied de ce que veulent faire spontanément beaucoup de ceux qui se lancent dans la fantasy.
avatar
Marc S.
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 63
Messages : 448

Membre publié Conteur publié
Masculin Date d'inscription : 15/07/2017

http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Foenidis le Dim 5 Nov 2017 - 2:01

Yep... le one-shot, j'y avais pensé toute seule, parce que ma première idée d'écriture est en plusieurs tomes.
M'enfin, je m'aperçois que les années tournent et que la peur de finir repousse toujours le point final de cette histoire relativement courte alors que je suis capable d'aligner les pages à tour de bras quand je n'écris que pour moi. Il va falloir que je me décide à me prendre mon courage à deux mains et à affronter mes propres démons.

Je ne comprends pas trop les auteurs qui pensent univers d'abord. Pour moi, une histoire, ce sont d'abord des personnages, ce sont eux que je suis, qui m'emmènent, me transportent... et font l'histoire. Peut-être que certains diront que ce n'est pas la bonne méthode non plus, bah, tant pis.

Remarquons tout de même que tous n'ont pas les mêmes exigences au niveau du style. Primordial pour certains, presque secondaire pour d'autres (moins nombreux, il est vrai). Ce détail peut tout de même être important au moment d'envoyer son manuscrit selon la catégorie dans laquelle se place le projet concerné. Cela peut aussi constituer un curseur de travail suivant la maison visée pour ceux capables de faire varier leur style.

À noter l'importance grandissante des synopsis, à mon grand désespoir, parce que c'est un domaine dans lequel je suis foutrement mauvaise dès qu'il s'agit de mes histoires. Les dragons ont toujours été des animaux pudiques... *^^°*


_________________
Sept fois à terre, huit fois debout !
avatar
Foenidis
Meneur de l'Orée
Meneur de l'Orée

Commentaires : 176
Messages : 2967

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lectrice de l'Orée
Membre publié Conteuse publiée
Féminin Date d'inscription : 07/02/2016
Localisation : Massif du Jura

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Juge Blond le Dim 5 Nov 2017 - 11:30

Merci.

Allez, on va dire que je me passerai du roman court car mon cycle se suffira à lui-même quand il sera terminé... C'est-à-dire d'ici une vingtaine d'années au rythme auquel j'avance (je ne compte pas les moments où je recule, hum hum...)...

Avec un peu de chance, ce sera peut-être la mode, à ce moment-là, de publier des romans en 12 volumes de vieux-jeunes auteurs dans le genre Fantasy... ;-)

Concernant le style (et effectivement, quand on voit certains trucs publiés, on se dit que toutes les maisons d'édition n'ont pas les mêmes exigences... Dans mon cas, j'essaie de faire du mieux que je peux. Après, ça passera ou ça cassera.) et l'histoire et ses personnages avant le monde et son organisation, cela me semble aller de soi.


Juge Blond
Conteur
Conteur

Commentaires : 12
Messages : 143

Masculin Date d'inscription : 24/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Soldier of fortune le Dim 5 Nov 2017 - 12:01

barla a écrit:Merci pour le partage.
Je l'avais vu passer sur facebook. Je trouve que, finalement, ça reste très vague. Mis à part le «il faut que ce soit à notre goût» (on s'en doute, en même temps *roll* ). Le reste n'est que du bon sens. Il faut écrire un truc intéressant avec un bon style et original. Bref, ce qu'on essaie tous déjà de faire. (ce serait amusant que des éditeurs disent préférer les intrigues vues et revues, pleines d'incohérences et écrites avec les pieds. Et puis, parfois, on ouvre un livre qui marche, qui est mis en avant, chez un bon éditeur,... et on découvre que s'ils ne le disent pas, ils le font quand même, et pas qu'un peu *siffle*).


C'est pour ça que je me suis gardé d'intervenir sur ce sujet, parce que question portes ouvertes défoncées à l'épaule d'Hulk, il n'y a pas mieux comme texte. *roll*

_________________
Les mots, comme les armes, partent parfois tout seul.
avatar
Soldier of fortune
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Commentaires : 29
Messages : 532

Masculin Date d'inscription : 13/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Marc S. le Dim 5 Nov 2017 - 12:24

Ah ben alors là, les copains, pas d'accord du tout. Evidemment, ils ne donnent pas de truc infaillible (encore heureux) et ils restent dans des généralités, parce qu'il n'y a pas une cible unique.
Maintenant, quand Actu SF (pour ne prendre que le premier) parle de "one shot court et rythmé" avec un style "nerveux", c'est quand même un vrai positionnement, très précis. Mais je suis peut-être bon public parce que je viens de la littérature générale, où là les éditeurs parlent véritablement pour ne rien dire (à part faire acheter leurs livres par les aspirants-écrivains en leur laissant croire que c'est la clé du succès).
Je vous laisse comparer les extraits ci-dessus avec la prose d'un éditeur généraliste (Anne Carrière) sur ce qu'il recherche dans un manuscrit:
"Le fait de prendre un manuscrit et de ne pas pouvoir arrêter sa lecture car l’histoire me touche, m’interpelle, me fait voyager ou rêver.
Il faut faire confiance en son instinct. J’aime cette phrase de Saint Exupéry : « L’avenir, on ne peut le prévoir, mais on peut le permettre »"

Ou encore, chez Michel Lafon:

"Quels sont les éléments les plus importants qui vous décident à éditer un livre ?

– Évidemment le texte avant tout, car c’est le seul élément qui fera en sorte qu’un bouche-à-oreille se mette en place. Mais la réussite d’un livre c’est aussi une alchimie avec un titre, une couverture, un résumé. Il faut que l’ensemble soit cohérent et puisse sortir du lot pour interpeller les potentiels lecteurs."

Alors là, niveau langue de bois et défonçage de portail inexistant, on y est. A côté, ces recommandations dans la SFFF (à part Mnémos, très vaseux, très "littérature générale" sur ce coup) sont hyper pragmatiques.

Pour les variantes sur le style, oui, ça correspond aux lignes respectives, il suffit d'avoir lu quelques romans des uns et des autres pour saisir les différences de conception (et éviter les envois de manuscrits suicides): aucun rapport entre Haut Royaume de Pierre Pevel, chez Bragelonne, qui privilégie un style efficace, sans poésie, et Le Sentier des astres de Stefan Platteau, chez Les Moutons électriques, où on voit bien ce qu'ils entendent par langue "charnue".
avatar
Marc S.
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 63
Messages : 448

Membre publié Conteur publié
Masculin Date d'inscription : 15/07/2017

http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Ambre le Dim 5 Nov 2017 - 12:33

Juge Blond a écrit:Avec un peu de chance, ce sera peut-être la mode, à ce moment-là, de publier des romans en 12 volumes de vieux-jeunes auteurs dans le genre Fantasy... ;-)
En même temps, j'ai un peu l'impression que ce sont les éditeurs qui décident des modes en ce qui concerne la Littérature SFFF française. Je comprends que ce soit risqué pour eux d'éditer une saga écrite par un auteur français inconnu, et c'est normal, ils veulent rentrer dans leurs frais.
Mais qu'on ne vienne pas me dire que c'est une question de mode, parce qu'avec toutes les rééditions de saga en fantasy d'auteurs déjà bien implantés, je crois que le marché ne se porte pas si mal. (du moins pour la littérature anglo-saxonne)
Beaucoup de gens aiment les sagas, comme beaucoup préfèrent les one-shot, c'est surtout une question de goût et pas de mode.

_________________
La vérité est un pays sans chemin
avatar
Ambre
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 91
Messages : 277

Féminin Date d'inscription : 19/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Juge Blond le Dim 5 Nov 2017 - 13:12

Ambre :
Bah, la question n'est pas de savoir si la SFFF se porte bien ou pas ; elle est plutôt de savoir si oui ou non (ou quelles sont les chances de, pour ne pas être aussi binaire) les éditeurs français veulent donner leur chance à des auteurs ("en devenir") français inconnus et si le public est là pour les acheter et les lire.

La phrase sur la mode est bien entendu à prendre au 2ème/3ème... n-ième degré. Cependant, ce n'est pas parce que la SFFF se porte bien (et encore, j'aimerais bien avoir des chiffres là dessus) que ça joue vraiment sur le point soulevé (publication d'un auteur français "inconnu", me semble-t-il). Après appelons-ça "mode" ou "business-plan des éditeurs" ou "goût des lecteurs", peu m'importe. Je verrai bien, dans mon cas, le moment venu ce qu'il en est. *^^°* *^^°*

(Mais bon, comme je l'ai déjà dit par ailleurs, je n'écris pas vraiment sous contrainte de ce point de vue là (i.e. ligne éditoriale, mode des lecteurs, influences conjoncturelles d'autres romans qui se vendent ou d'autres médias, etc.)).

Marc :
C'est sûr que niveau langue de bois, on a connu pire, mais il est vrai qu'à pars 2-3 trucs intéressants, le reste est un "peu vague". Et c'est, je trouve, plutôt normal, non (à pars dire plus franchement qu'il vaut mieux connaitre quelques personnes... Mais on a déjà discuté de ça dans un de tes topics il me semble ; celui-ci en est la suite, si je ne me trompe pas...) ?

Pour le reste, il y a les AT et, comme tu le dis, lire quelques ouvrages de différentes maisons d'édition donnent déjà de bonnes idées sur ce qu'un éditeur en particulier peut attendre. Après, cela suppose d'être aussi capable de juger son propre roman (sur ce point, je pense notamment au style. Voir qu'un texte est trop long est relativement simple ;-)).

Juge Blond
Conteur
Conteur

Commentaires : 12
Messages : 143

Masculin Date d'inscription : 24/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Ambre le Dim 5 Nov 2017 - 14:31

Juge Blond a écrit:Bah, la question n'est pas de savoir si la SFFF se porte bien ou pas ; elle est plutôt de savoir si oui ou non (ou quelles sont les chances de, pour ne pas être aussi binaire) les éditeurs français veulent donner leur chance à des auteurs ("en devenir") français inconnus et si le public est là pour les acheter et les lire.
Je ne parle pas du fait que la SFFF se porte bien ou pas (on sait bien qu'en France il ne se porte pas aussi bien que dans les pays anglo-saxons), je dis que les éditeurs ne prendront pas le risque de lancer un nouvel auteur avec une saga car trop risqué pour eux.
Les sagas se vendent bien en fantasy, sinon il n'y aurait pas de énièmes rééditions de sagas déjà bien en place. Parler de mode c'est un faux argument pour dire : non, ne nous envoyez pas de saga si vous n'avez rien publié avant, trop risqué pour nous.
avatar
Ambre
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 91
Messages : 277

Féminin Date d'inscription : 19/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Vivien le Dim 5 Nov 2017 - 14:35

Je suis avec Marc S., pour le coup. J'ai vu passer
le sujet en me disant que je repasserai remercier Foe plus tard parce que c'est très instructif, et au retour je vous trouve un peu vache.

Déjà, sans même considérer le contenu des interventions, voici une liste de 20 éditeurs de l'imaginaire, avec une modération préalable en terme de légitimité.

Ensuite, non, au delà des évidentes portes ouvertes, il y a suffisamment d'éléments pour voir poindre des tendances générales (one shot, marre des dystopies, synopsis ET pitch...), et des identités propres. Suffisant pour se faire une idée des trois premières portes à approcher avec un projet.

Enfin, la ligne éditoriale serait plus précise, vous ne seriez pas content non plus. Parce que le roman idéal décrit par l'éditeur à toute les chances d'être celui que vous n'avez pas écrit... plutôt heureux que les éditeurs laissent la place à une surprise ou un coup de cœur, le créateur c'est vous...

Enfin, tout le monde vous le dira, le juge de paix en la matière est de lire un échantillon significatif du catalogue. Après tout, c'est ce qu'ils font, pas ce qu'ils disent... Conseil qui m'a toujours prodigieusement agacé. Je vous préviens, si vous avez le temps de faire ça, je suis super jaloux: pas parce que vous connaissez mieux les éditeurs que moi, mais juste parce que j'aimerais tellement avoir plus de temps pour lire.
avatar
Vivien
Arpenteur de chemin
Arpenteur de chemin

Commentaires : 116
Messages : 934

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lecteur de l'Orée
Membre publié Conteur publié
Masculin Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Marc S. le Dim 5 Nov 2017 - 17:08

Juge Blond: "voir qu'un texte est trop long est relativement simple", certes! mais l'accepter et en tirer toutes les conclusions (= renoncer à cette histoire ou la densifier considérablement, jusqu'à l'amputation sévère) c'est nettement plus compliqué. Et c'est précisément ce qui m'arrive, d'où l'intérêt pour moi de ces signaux répétés émanant du soleil noir de l'édition... J'étais parti sur une histoire qui nécessite des centaines et des centaines de pages pour donner toute sa mesure, et je ne me l'avouais pas. Maintenant, avec ses infos en mains, à moi de faire les bons choix, écrire une saga n'est pas une fatalité. Mon idée actuelle, ça serait de repartir de zéro, écrire un beau petit roman nerveux - et ensuite seulement, si ça s'est bien passé côté édition, reprendre mon histoire au long cours à laquelle je tiens, cette fois avec des chances de publication plus raisonnables.

Ambre: complètement d'accord! Il y a un sacré décalage entre les livres mis en vedette, des sagas ou au minimum des 1000 pages en deux volumes (pas mal d'exemples récents du côté francophone) et la réalité de l'aspirant qui doit miser sur du plus court, le temps de faire ses preuves (?).

Vivien: on est raccord, en effet! Pour ce qui est de prendre connaissance des catalogues, je pense qu'il y a moyen sans lire vingt bouquins par mois. Perso, je distingue les lectures-lectures (je vais au bout du roman, ça correspond à une véritable envie/un véritable plaisir) et les explorations fulgurantes (= lire le pitch, quelques chapitres, quelques critiques), ce qui permet de comprendre pas mal de choses sur les lignes éditoriales sans y consacrer des milliers d'heures. (et puis, parfois, magie des rencontres, certains romans dont je pensais seulement prendre connaissance m'aspirent et je les lis entièrement - l'inverse est aussi vrai, hélas, parfois).
avatar
Marc S.
Limier du mot
Limier du mot

Commentaires : 63
Messages : 448

Membre publié Conteur publié
Masculin Date d'inscription : 15/07/2017

http://marcsefaris.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Juge Blond le Dim 5 Nov 2017 - 18:20

Marc :

ça, c'est sûr. C'est pourquoi, me concernant, j'en ai fait mon deuil depuis un bail. Quand j'ai commencé à écrire (véritablement, pas de la bidouille en primaire ;-)) avec une idée de publication derrière la tête, les cycles d'illustres inconnus n'étaient déjà pas vraiment conseillés (Et Bragelonne pas encore née ;-)). Et ça n'a pas changé. Ce qui n'est pas non plus une surprise.

Après, si l'envie me vient de pondre (enfin, d'essayer de...) un roman court (que j'espère plus nerveux que poussif moi aussi...) et de tenter l'aventure de l'édition avec, why not. Un AT comme celui auquel Barla et Soldier ont participé a ça de bien que si l'on écrit une histoire qui répond à quelques impératifs, cette dernière (a priori) est lue (au moins les premières pages !) et ne passe pas directement par la case poubelle.

J'ai déjà essayé les AT de nouvelles. ça n'a pas marché, mais il y a un petit côté formateur que j'ai apprécié (voir que ce que j'écrivais était apprécié, même si ça rentrait pas dans les clous demandés, quelqu'ils soient). Cependant, avec un peu de recul, j'ai aussi l'impression que j'ai un peu perdu du temps. Après, à ce niveau là, chacun en tire ses conclusions, mais les miennes sont mitigées (avec, je le rappelle, une absence de publication. Ceci pouvant bien entendu expliquer cela ;-)).

Ambre : tout ce que je dis sur "la santé de la SFFF" est que je n'en sais rien. Tant que je n'aurais pas des chiffres sous les yeux, ça restera "mouais". Je ne t'en demande pas non plus, sauf si tu en as ^^ ; je n'en ai pas vraiment cherché non plus (A. Névant m'avait parlé d'une "bible" pour les éditeurs à ce propos, mais, de mémoire, c'était un truc payant). Mais comme ce n'était pas ce dont tu parlais, a priori,  mea culpa.

Juge Blond
Conteur
Conteur

Commentaires : 12
Messages : 143

Masculin Date d'inscription : 24/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par barla le Dim 5 Nov 2017 - 20:12

Pour l'histoire des séries et les romans longs, ce n'est clairement pas par manque de public (on remarque au contraire un vrai engouement des jeunes amateurs de sfff pour les pavés. Et même, une tendance -fâcheuse, je trouve- à se positionner en tant que lecteurs au nombre de pages lu par semaine, ou à la taille du livre. Les seuls qui demandent si c'est un tome unique, inquiets à l'idée d'un truc qui s'allonge indéfiniment, sont les lecteurs d'âge moyen -donc pour de la sfff, les lecteurs les plus vieux  *;)* ). C'est juste que les éditeurs de sfff français n'ont pas envie de prendre le moindre risque avec de jeunes auteurs de leur propre pays (et c'est bien triste), là où par contre, ils vont ouvrir grand les portes aux auteurs anglo-saxons quand bien même ils ne sont pas particulièrement connus.

Heureusement, il y a aussi plein de petites maisons qui, pour avoir les reins moins solides, prennent pourtant ce risque. Et que dire à part le fait que, pour tous les auteurs publiés que je connais, one-shot ou série, au niveau ventes, c'est pareil.
Après, je n'ai pas de chiffres, c'est empirique, de ce que je vois en salon, de mes discussions avec d'autres auteurs. Je discute beaucoup, vraiment beaucoup  *oups* sur les salons (il faut dire qu'on a souvent le temps), et je pose plein de questions, pour connaître les bonnes expériences, les victimes de coups tordus (et pour ne pas rassurer, je ne sais pas s'il y a un seul auteur édité à compte d'éditeur qui n'en a pas eu un une fois ou l'autre. Ou en tout cas, qui a eu de quoi être très déçu et qui a soit cassé un contrat, soit est en procès, soit tout bonnement renoncé à un de ses livres).


Enfin, pour moi, je trouve que cette publication peut se résumer à: faites preuve de bon sens, faites le mieux possible, et ne nous envoyez que ce qui correspond à notre ligne éditoriale en respectant nos conditions d'envoi (même si certains donnent un chouia plus de détails. Mais ceux qui détaillent sont aussi ceux qui le font déjà sur leur page de soumission. Par exemple, actuSF, tout est bien expliqué sur leur page «manuscrit» -le texte nerveux, la taille...). Bref, ce qu'on tente déjà tous de faire, je pense  *^^°*
avatar
barla
Chevalier de la plume
Chevalier de la plume

Commentaires : 204
Messages : 2619

Membre d'honneur Membre d'honneur
Membre publié Conteuse publiée
Féminin Date d'inscription : 22/02/2016
Date de naissance : 28/01/1979

https://lesmotsdag.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils de 20 éditeurs pour l'accession à l'édition

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum