L'Orée des Conteurs
Bienvenue sur l'Orée des Conteurs, forum d'entraide dédié à l'écriture de récits SFFF.


Afin d'accéder à l'ensemble des ressources proposées par notre communauté, nous vous invitons à vous identifier si vous êtes déjà membre ou à vous enregistrer dans le cas contraire.

Fiction spéculative

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiction spéculative

Message par Akram le Sam 11 Juin 2016 - 10:37

La fiction spéculative est un terme générique qui intègre la Science-fiction, la Fantasy et l’Horreur. La fiction spéculative est aussi un terme convivial qui donne une maison à des œuvres qui ne tombent pas dans ces catégories, mais où ressort toujours une sensation bizarre ou extraordinaire.

Ainsi, le terme de fiction spéculative a été développé pour distinguer certains auteurs et leurs œuvres de la sauce « soucoupe volante » moins littéraire ou pour dépasser les limites de la SF. La fiction spéculative est un terme extrêmement utile où un nombre croissant d'écrivains produit des œuvres qui puisent dans plusieurs sous-genres. Dans un sens très général, le but de la fiction spéculative est d'ouvrir l'esprit du lecteur et d'engager des idées et des acceptations. Elle offre au lecteur une histoire composée d'un monde avec des choses familières, mais aussi certaines choses peu familières. C’est un monde imaginaire, lié à la réalité, mais au-delà de la réalité, qui aurait pu être si quelque chose était altéré juste un peu. Ce quelque chose peut traiter d’à peu près tout, des principes scientifiques à l'identité.



CARACTÉRISTIQUES


  • Niveau de réalisme scientifique :

Variable. Les écrivains de Hard SF peuvent écrire de la fiction spéculative tout comme les écrivains de Fantasy, donc le réalisme scientifique dans la fiction spéculative couvre l'ensemble du spectre.


  • Niveau de caractérisation :

Modéré-élevé. La fiction spéculative est pleine de paramètres inconnus alors la caractérisation est important pour permettre aux lecteurs de plonger dans l'histoire et leur permettre de vivre pleinement tout ce qui peut être étrange, bizarre ou différent du monde. Bien que les personnages développés soient nécessaires, ils ne sont pas souvent la force motrice de l'histoire.


  • Niveau de complexité des intrigues :

Modéré-élevé. Les trames intéressantes et intrigantes sont omniprésentes dans la fiction spéculative. En effet, le sentiment d'être sur le fil du rasoir est commun dans le but de garder les lecteurs engagés et les amener à réfléchir à des possibilités non seulement sur les événements, mais aussi des idées. La fiction spéculative a tendance à se livrer à de grandes questions sur l'univers, l'humanité et la société basée sur le concept « et si ? ».


  • Niveau de violence :

Variable. Il y a tout un spectre de la violence, des événements apocalyptiques qui effacent la plupart de la population aux villes utopiques bienheureuses où la violence a été éliminée, qui est inclus dans la fiction spéculative.


  • La fiction spéculative n’est pas pour vous si

Si vous ne voulez pas lire de la fiction. Le corps du travail de la fiction spéculative étant expansif, il y a des chances que vous trouviez quelque chose à apprécier.


Traduction libre de l’article Speculative Fiction, issu de bestsciencefictionbooks.com.



TÉMOIGNAGE & OUVRAGES


Angela Carter, auteure Anglaise publiée et journaliste a écrit:La fiction spéculative signifie vraiment cela, la fiction de la spéculation, la fiction de demander « et si ? » C’est un système d'enquête continue. Dans un sens, toute fiction commence avec « si », mais certains « si » sont plus spécifiques. Une sorte de roman commence avec « Et si je trouvais que ma mère a une liaison avec un homme que je croyais être mon oncle? » C'est présupposé un autre type de roman que celui qui commence avec « Si je découvrais que mon petit ami venait de changer de sexe? » Si vous lisez beaucoup le New York Times Book Review, vous venez vite à la conclusion que notre culture prend plus au sérieux le premier type de fiction, laquelle est une honte à certains égards. Par le second « si » vous finirez réellement par poser beaucoup plus de questions pénétrantes. Si vous étiez à moitié sur le bon chemin de l'écriture de fiction, vous finiriez en réalité par vous demander et demander au lecteur beaucoup plus de questions complexes sur ce que nous attendons des relations humaines et de ce que nous attendons des genres.


1984, de George Orwell.
La main gauche de la nuit, d’Ursula Le Guin.
En terre étrangère, de Robert A. Heinlein.
Saga Le livre du nouveau soleil, de Gene Wolfe.
Triton, de Samuel R. Delany.
Ainsi finit le monde, de James Morrow.

_________________
Le Boucher de Rochère : ma nouvelle ; vos commentaires.
avatar
Akram
Meneur de l'Orée
Meneur de l'Orée

Bêta-lecteur de l'Orée Bêta-lecteur de l'Orée
Membre publié Conteur publié
Commentaires : 132
Messages : 1674

Masculin Date d'inscription : 12/01/2016


http://surlesterresdakram.weebly.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum